Mur de la Paix Paris 2001…

16 janvier 2009

Papier glissé dans le Mur de la Paix à Paris en 2001…

si l’innommable EST, faisons l’être…

11 septembre 2001… Les tours jumelles… Ground Zéro…

la vità è pericolosa, ma è meravigliosa…

c’è sempre un angelo

tutto è niente

route papillon

ligne de roses, ligne de coeur

Sylvia Desbois

Rose de L’An Neuf

15 janvier 2009

Rose est pleine des beautés de ce monde

Rose est pleine de l’émoi de son D.

Rose est émue de suivre une route éclairée de mille Gallé

Sylvia Desbois

L’An Neuf de la Rose

1 janvier 2009

en ce nouvel  An  Neuf

bienvenue

pour être d’attaque atout coeur 

lettre de jerusalem

14 juillet 2008

Lettre de Jérusalem 

lettre 

s’arche sur le linéaire

des verticales transcendent les sens

le trait régule la portée du mot

ancré dans les limbes

le métronome scande le savoir minuté

voilé 

d’un jour d’hiver

un rayon de soleil caresse la vitre et porte

l’espoir d’un jour nouveau.

La lettre se dédouble

traçant sur sa route l’horizon.

Dans le ciel les oiseaux filent

en pointillé algébrique, insoumis,

portent les lettres jusqu’aux nuées.

Cohorte moyenâgeuse de nuages

souligne l’œil devin

une pluie de lin tisse

la trame de jours divins

des jours puis des jours

se croisent et se décroisent

dans le silence des cœurs.

Des points de rupture cadence la danse

de la Vie 

L’humanité en route déferle

maçonne le sixième millénaire.

Le feu des cœurs illumine le devenir

le vent souffle les braises du vivant

des vies se dessinent à l’unité

en piqué l’humain tourne en manège

toujours plus vite

des esprits se mettent en orbite

lisent les cœurs

des tourterelles veillent sur le kotel

l’ascenseur du temps rythme l’attente

les lettres encensent les césures de la langue printanière

dictent la carrière de givre en lettres ponctuées de pause et de silence.

Sur le voile blanc lettre aleph lève les coeurs

l’être marcheur danse son corps trace sa voie signe sa vie

cosmos cybernétique l’unité avance à pas de géants

tisse la toile de givre.

L’Eternel  berce l’enfant

dans le ventre de la mère

in-fans son cœur s’ouvre à la vie.

Les chats myosotis se déplacent en grappe,

suivent le couloir d’odeurs des résistantes printanières.

Seule la frontière de la langue

sur la proue du navire

lève la sève de la feuille

la plume d’oie crisse le parchemin

les lettres filent la toile en carrés

à l’infini sur le métier à tisser

les non- sens s’exécutent

en prières 

dans les feuilles d’automne la nappe de lin

les yeux cherchent les fils de la vie

se plient. 

Un vent léger souffle une belle de jour

 idées papillottes

soulignent l’instant de l’être

boutons de roses sur  planète bleue

dans l’enveloppe charnelle

une femme 

crée

babillages

habillage

mutation de gènes

boutons d’or en transhumance

dans le tri des feuilles

germes de Vie en nappe dans le pré

source au milles cristaux de lin

étoilées végétales

racines galactiques dans le feu du ciel

l’unité se mesure à petits pas

fluide du corps de l’être 

RIEN du corps terrestre

nuitées lactées en soixantaine

poussières lettrées du pectoral

fusion des douze pierres sacrales

un homme 

pique les perles de l’univers quantique

charismatique numismatique cybernétique

tic tac bing bang horloge sphérique

boussole numérique

sur le mur de vie les ordonnées

en phase ascensionnelles les abscisses

témoins d’une vie abyssale

univers cosmique intra utérin

flore céleste hémisphérique

à l’infini six cent treize

cycle amène

portées florales de notes silencieuses

fioritures de triolets en ballades

pause et silence

l’univers danse dans le silence des cœurs

une valse prismatique

violet indigo bleu vert jaune orange rouge petit matin d’été… argenté le soleil entre les cils de l’enfant encore humides de sommeil filtre, et réveille son esprit  et son âme endormie. Il fait clair Violet indigo bleu vert Toutes les joies s’irisent… Irisations du bonheur, des couleurs qui bougent… violet indigo bleu vert jaune orange rouge jeunesse, beauté, fleur bleue… premier émoi du cœur… lettre, parfum d’amour tombée du haut du mur, bleu indigo violette… jours de fêtes-promenades-furtif et timide regard oblique, au frère de l’intime amie… avenir-bonheur-amour-tout le sourire de la vie 

qui danse…

une ronde de cœurs unis.

Sylvia Desbois incité Romain Brunet 

DO RE MI FA SOL

13 juillet 2008

Do ré mi fa sol la si do

Si  la sol fa mi ré do

DO RE MI FA SOL

FA MI RE DO

RE MI FA SOL

FA MI RE DO 

DO RE MI 

DO RE MI

DOMREMY

DOMREMY

LA FEMME CHAPEAUTÉE …

JEANNE,  NE VOIS TU RIEN VENIR ?

CLASSICAL BALLET

UN CYGNE GLISSE SUR LE VOILE DU PALAIS

 TIC TAC TIC TAC TIC TAC 

L’ART DU SAUT

 ACH SO !    ZOHAR

 RAT D’OPERA OPER AUBER ÜBER R 

LA DAME DU NIL GIZEH

 gisait

MYKERINOS

SOURIS, DANSE A L’OPERA parmi les rats

BALANCÉ BALANCÉ

POSÉ ENVELOPPÉ

ENTRECHAT ROYAL

DO RÉ MI

DORÉ MI

POSÉ ENVELOPPÉ

ENTRECHAT ROYAL

CHAT HOMME

NIJINSKY L’après-midi d’un faune

Grand jeté

TOIT OPERA VEILLE AVEC APOLLON

LE CHAPEAUTÉ  CONTE

Labouré  EN DEUX TEMPS

ET TROIS  MOUVEMENTS

DESSOUS DESSUS

DESSUS DESSOUS

DESSUS DESSUS

DESSOUS DESSOUS

CHAT HOMME

ENTRECHAT QUATRE

ENTRECHAT HUIT

ENTRECHAT DOUZE et caetera

ENTRECHASSONS LES idées


 

SUR LE PONT MIRABEAU

On a l’art du ballon

ON Y DANSE TOUS EN ROND

L’ART DU SAUT

LE SOT-L’Y-LÈSE-MAJESTÉ …

 

Sylvia Desbois

Osbons

26 mai 2008

 Osbons 

Sur l’écran de veille 

Mes yeux se perdent dans les étoiles 

Je rejoins gogglehaï 

Soyons plus d’yeux de coureurs

Les idées se tissent dans la toile 

 Volent dans le cosmos 

Les deux oo les osbons  En perdent le nord  Occident Orient 

 Nous sommes tous des osbons  Dans le grand nord mettons nous au vert 

Langue vernaculaire des Deltas féminins 

 Je cous avec un dé l’os 

J’ai cousu le nez du chien  Les coqs lient cœur 

Cryptent cooptent la bande d’Emile Cohl 

Plate-bande de pieds en devenir 

 Sur le trottoir éphémère  Papillons fixés dans le Gallé 

 Haï en joue

 Pulse expulse l’éther de la nymphe  Une hamadryade est née dans le couvert des mots

Feuille plissée au gré de la vie 

 Délie à l’infini la page ordonnancée 

De word en word sur le site  Bande image de lettres 

tisse l’enveloppe cybernétique 

Capteur d’énergie cosmique 

Nous ne sommes pas seuls… 

                                                          

                                                Sylvia Desbois 

16 mars 2008

Aux sons du corps

Raout des poëtes

Sur le pli de la langue

Autosphère

Teleporte

TELEMAQUE

Petipa

La langue se plie

En chemins de traverse

Telle est lettre du corps

Mi voix

syllabe

irisée du prisme

arcencieux

un cygne glisse

sur le voile du palais

Babel langue

Babel oued

Babel forest

les noeuds se délient

Alléluia

Les oiseaux filent dans le ciel

C’est la joie

Vit l’humain

la main

donne

sel

à la vie

Sylvia Desbois

Ouste n°16 (Féroce Marquise/Dernier Télégramme)

25 janvier 2008

5h30

dans le jardin l’homme dessine des roses sur le papier froissé

Marie-Thérèse sourit une rose à la main

22 janvier 2008

en ce jour de fête des arbres est née Rose attaque

le maître à danser visite ses roses

les bois soufflent une lumen’s dance

R de rose

22 janvier 2008

chacun vit sa rose sur le chemin du possible sans connaitre le nom de celui qui l’effeuillera

12345